Quand y'en a marre ...

... pas de bol, j'ai pas de Malabar (mwouaaahhh, quelle blagueuse je suis) !

J'avais prévu de vous raconter nos projets de ce week-end ... et puis j'ai vu mon boss entre temps, et j'ai soudain piqué un coup de calcaire !

Je sais pas vous, mais depuis que je bosse, je ne suis jamais tombée sur un VRAI boss, un qui est organisé, ouvert, directe, avec un esprit de décision.*

J'ai eu droit au boss autoritaire pendant mon DEA, tellement autoritaire que chacun "tremblait" quand il faisait son entrée au labo. Il se rappelait tous les projets, toutes les manips qu'il nous avait demandées de faire, on travaillait donc assez comme des malades. Cà c'était avant qu'il soit nommé à d'autres fonctions administratives. Entre temps, j'ai aussi appris à le connaître, et compris qu'il paraissait très fort surtout sur les sujets qu'il connaissait, mais dès qu'on s'éloignait des sentiers battus, çà n'était plus la même musique. Du coup, moi qui croyais que j'allais être boostée pendant toute la durée de ma thèse, çà a été presque tout le contraire.

D'autant plus que ma thèse, je l'ai faite dans l'entreprise qui me finançait, où j'ai eu la joie d'avoir comme boss direct quelqu'un qu'on nommera Poupou ... Et Poupou, il était tout mou. Alors là, plus mou, tu meurs. Genre, je prends pas de décision, je me désengage, je récupère tous les résultats à mon compte, je suis trop nul pour les expliquer et du coup je pense pour un gros naze aux yeux de tout le monde.

Et maintenant, j'ai un boss super top calé en chimie, mais fainéant. Il se désintéresse d'un projet dès que çà "paraît" trivial, il n'est motivé que par le challenge. Mais de quoi, elle se plaint Froggie ? Je concède que çà a du bon, mais c'est quand même souvent qu'on se sent comme une grosse m^$*%e, parce que des résultats dignes du Prix Nobel, çà n'est pas tous les 3-4 matins que çà tombe. Et là où le bas blaisse, c'est que plein de résultats "mineurs" sont publiables, mais là encore il se lasse à partir du moment où on parvient à élucider le problème. Résultat, çà fait 6 mois que j'ai écrit un papier qui pourrait être publié dans JACS, et que lui me dit "oui, oui, la semaine prochaine, je m'y mets à fond". Il n'a qu'à lire, corriger {et vu mon super niveau d'anglais, il n'y a plus rien à modifier ;-) } et soumettre, mais il est "perfectionniste", qualité qu'il avance sans arrêt comme excuses [sigh ...] Du coup, quand un papier sort de notre labo, c'est un papier fourre-tout, avec beaucoup trop de détails et de résultats, qui aurait pu faire l'objet de 2-3 papiers, et même qualité de journaux. [re-sigh ...]

Alors que dire quand on a un problème ?
1/ Je pensais qu'en parler ouvertement avec son boss, c'était pas mal. Bah çà, j'ai déjà testé pendant ma thèse. Le truc c'est que dans ce cas, vous passez pour aggressif, intransigeant, que votre boss se braque, et que toute relation future est compromise.

2/ Prendre son mal en patience, vous ne dites rien. Le problème ne se règlera pas, et vous développez du ressentiement envers votre boss. C'est ce qui se passe en ce moment, et çà me fait suer parce que je m'entendais bien avec lui jusqu'à maintenant.

Alors, si vous avez une idée, déjà vécu çà ... aidez une grenouille en galère :O)

* c'est finalement peut-être le concept du Prince Charmant, quelque part. En tout cas, ce sont quand même les qualités requises dans les offres d'emploi pour occuper un poste à responsabilités !

7 commentaires:

Titi a dit…

Pas facile en effet.
Si j'étais à ta place, j'avancerais tous mes papiers, je les ferais relire par un anglophone. Puis je mettrais un ultimatum à mon boss en lui disant : tel jour je soumets le papier, si vous voulez le corriger, il vous reste maintenant jusqu'à la deadline pour le faire.
Le seul hic c'est que bien sur ça ne va pas se faire sans heurts. Donc soit tu attends le jour où tu pars pour soumettre tous tes articles en bloc à ce moment là.
Soit justement tu as besoin de papiers pour pouvoir partir un jour (en particulier postuler à des postes en France), auquel cas il faut vraiment lui faire comprendre que tu en as VITALEMENT besoin pour ta carrière et que donc s'il continue à s'opposer à la sortie des papiers, c'est comme s'il s'opposait directement à ta carrière. Et donc que tu ne peux pas tolérer ça, même si tu l'apprécies, et que s'il continues à te bloquer, tu seras dans l'obligation de ne plus lui obéir et qu'il en sera le premier responsable.
Comment c'est le système aux états unis pour le recrutement de chercheurs ? Parce que c'est peut être aussi pour cela qu'il ne comprend pas à quel point c'est important pour toi ?
Ou bien il est tellement content de t'avoir au labo qu'il fait tout pour que tu ne puisses pas partir ??
Bon courage en tout cas. Pour le coup, c'est vraiment toi qui a raison et c'est légitime d'être en un peu énervé.
Bises

bergere a dit…

Ouai ben je suis vraiment mal baree pour te donner des conseils sur comment gerer les relations entre chercheur et directeur de recherche. Moi j'ai toujours pas fini ma these. Les chapitres s'empilent sur le bureau de mon chef depuis des lustres. Lorsque j'ai essaye de lui explique que nous etions tous deux responsables de cette situations (moi qui n'ecrivais certes pas assez vite, mais lui prenant 1 an pour corriger, bref il a pete un plomb... Si tu as des bonnes relations avec lui, pourquoi ne pas parler franco avec lui. Tu lui expliques le systeme francais, et que si il n'est pas interresse par etre coauteur tu publies seule et c'est tout
Bon courage

mathsou a dit…

mon chef est un peu comme ça aussi...l'avantage c'est que les papiers que j'ai sorti sont de tres bonne qualité, mais l'inconvenient c'est que j'aurais pu en sortir plus...
le gros avantage finalement c'est que chaque article est un chapitre de ma these presque texto alors la redaction est drolement facilitée. mais si j'était en post doc, cet avantage n'en serait pas un. Moi perso, la seule fois ou j'ai reussi a lui faire publier un truc réalisé à partir de "petits" resultats, c'est en lui montrant un article similaire et en ecrivant la publi moi meme. je lui ai montré le resultat à la fin....et il a bien voulu le corriger (bon j'avais fait un articles de 3 pages et apres ses corrections, il en faisait 11 )
bon courage pour la suite

guernazelle a dit…

oui c'est très très important de publier.INCONTOURNABLE.
c'est ce que disait "l'auteur- de -ta- 3ième- lettre-de- recommandation". Donc comme il est plus vieux que ton boss, il sait de quoi il parle.
aies confiance,je sens que tu vas bien finir par réussir à le décoincer.INsiste puisqu'il te considère comme son lieutenant,et profite de cette estime. S'il a vraiment confiance en toi , il doit te laisser faire.
hauts les coeurs et 1000 bisous d'encouragements.

Mimi a Houston a dit…

Personnellement je n'ecris pas de papier puisque je n'ai pas fait de these et je m'en porte tres bien ^-^.
Par contre ca sonne vraiment comme du vecu a cause de tous les copains qui sont passes par la (9 ans plus tard, ca fait du monde !)et de mon petit mari aussi
Le premier truc c'est que aux US, les papiers que les boss laissent sortir de leurs labo sont tres consequents: ils ont beaucoup plus de resultats et en general presentent une etude tres complete par rapport aux papiers qui sortent de la plupart des labos francais. Quand mon mari regarde ses papiers de these, il n'en croit pas ses yeux...Je crois que c'est le revers de la medaille d'etre dans un bon labo: le boss prefere avoir quelques papiers de super qualite que beaucoup de papiers moyens. C'est donc super dur pour les post-docs parce que ca prend des annees pour arriver a une qualite et une quantite qui leur suffise...
Sinon, est ce que ton boss a l'air a l'aise avec tes resultats ? Si il "n'y croit pas vraiment", il ne te laissera pas les publier...
C'est difficile comme situation, je ne te conseille pas l'aggressivite, parce que ca ne passe pas et envoyer le papier derriere son dos ne te menera a rien non plus... Peut etre une discussion bien franche entre 4 zyeux et lui demander carrement qu'est ce qu'il faudrait que tu fasses pour ameliorer ton papier ??
Bon courage !

Froggie a dit…

Merci à tous pour vos suggestions.
Pour répondre à la majorité d'entre vous, mon boss m'a donné le feu vert pour écrire la publication et il m'a dit que l'étude était excellente, solide ... Il est vrai qu'il ne vise pas l'à peu près ce qui est plutôt bien, et ce qui me permet d'envisager d'avoir un beau papier au bout du compte.

Mon souci actuel, c'est seulement qu'il prenne le temps de lire la pub, apporter corrections techniques (la partie synthaxe/grammaire a déjà été relue par des américains du labo, donc probablement ok) ...
Mais je en désespère pas ... c'est juste que je trouve qu'il prend un peu trop son temps. Patience donc :O)!

Mimi a Houston a dit…

Bon ben il fait le faineant alors ! Un bon coup de botte de cowboy dans le c*~, oui !